Barbe blanche

7Juil/19Off

Exister sur internet

Il est important de distinguer le référencement naturel du référencement payant référencement payant (aussi appelé ‘’liens sponsorisés’’, ‘’SEA’’ ou ‘’Google Adwords’’). En effet, voici une page de résultats de recherche Google sur laquelle on distingue les liens commerciaux (encadré orange en haut et en bas de la page), des résultats naturels qui sont en milieu de page. Le site web de l’agence SKA se positionne ainsi en 2ème place des résultats naturels. Les résultats payants sont des liens commerciaux, ils sont affichés car des annonceurs payent Google pour chaque clic effectué sur leur annonce. On parle alors de référencement payant. Les résultats naturels aussi appelés ‘’organiques’’, proviennent de l’index de Google et sont affichés car ils sont jugés pertinents par Google. On parle alors de référencement naturel. Le référencement naturel est indépendant des liens sponsorisés. Dépenser une fortune sur Google Adwords n’améliorera donc pas votre classement dans les résultats naturels. Cependant, les deux stratégies sont complémentaires si vous souhaitez augmenter les conversions sur votre site. Qu’est-ce que le référencement local ? Pour sélectionner un fournisseur de façon définitive, il est important de poser un ensemble de questions concernant l’entreprise, ainsi que les produits disponibles à la vente. Vous avez également le droit de demander à consulter leur licence pro. Si vous le pouvez, contactez-les par téléphone, ou programmez une conférence via Skype. Enfin, n’hésitez pas à demander des photos de l’unité de production, ainsi que des échantillons des articles qui vous intéressent. Posez toutes vos questions, si le fournisseur est sérieux, il y répondra avec plaisir, car c’est pour lui l’occasion d’obtenir un nouveau client. Avant d’investir dans un stock important de marchandises pour alimenter votre future e-boutique, il est important de pouvoir contrôler la qualité des produits que vous allez vous procurer. Pour cela, il est important de pouvoir obtenir des échantillons. Une annonce peut paraître suspecte si elle est trop belle pour être vraie, et bien souvent cela peut être le cas ! Retrouvez toutes les infos sur l'Agence SEO Lille.

Remplis sous: Non classé Commentaires
5Juil/19Off

La collusion de Trump et de la Russie

Il ya quelque temps, j'ai trouvé un truc pour utiliser Twitter comme un outil permettant de découvrir ce que les loyalistes des établissements ne veulent vraiment pas dire. Une fois que je découvre un bouton vraiment chaud, j'écris un article qui cogne aussi fort que possible sur ce bouton. L'un de ces boutons exprime ma certitude que l'enquête de Robert Mueller ne trouvera jamais la moindre preuve de la collusion de Trump avec la Russie pour voler l'élection de 2016 à l'aide de pirates informatiques et de propagande. Nous ne sommes pas autorisés à dire de telles choses. Si vous discutez avec un Russe pendant un certain temps et que vous savez comment réfuter ses affirmations, il finira toujours par avoir recours à la déclaration «attendez que Mueller termine son enquête», ce qui de mon point de vue est le de même que de débattre avec un chrétien fondamentaliste dont l'argument se résume à «Eh bien, on me prouvera que c'est vrai quand vous mourrez et que Dieu vous envoie en enfer! Vous pouvez toujours vous sentir bien si vous battez la canette dans un coin du futur qui ne peut pas être vu et analysé de manière critique. Heureusement pour nous, nous avons des informations que nous pouvons consulter dès maintenant et qui n'exigent aucune religion. D'après les fuites de Snowden sur la NSA, les fichiers de la CIA publiés par WikiLeaks et les controverses en cours concernant la surveillance du FBI, la communauté du renseignement américain dispose du réseau de surveillance le plus étendu, le plus sophistiqué et le plus intrusif de l'histoire de la civilisation humaine. À la suite de l'élection présidentielle de l'année dernière, des sources anonymes de la communauté du renseignement ont régulièrement révélé à la presse des fuites hémorragiques préjudiciables à la nouvelle administration. S'il existait des preuves de la collusion de Donald Trump avec le gouvernement russe pour voler les élections de 2016 à l'aide de pirates informatiques et de propagande, les services de renseignement américains l'auraient trouvée et auraient filtré ces informations dans le New York Times ou le Washington Post l'année dernière. Mueller ne trouvera rien en 2017 que ces vastes réseaux tentaculaires n'auraient pas découvert en 2016. Il ne trouvera rien en «suivant l'argent» qui ne pourrait être trouvé infiniment plus efficacement via l'espionnage orwellien. Les factions de la communauté du renseignement qui travaillaient pour saboter la nouvelle administration l'année dernière auraient perdu des preuves de collusion s'ils en avaient eu. Ils ne l'avaient pas alors, et ils ne l'ont pas maintenant. Tout au long de son enquête, Mueller continuera à rechercher des preuves de corruption, puisque la corruption appartient aux initiés de DC, car l'eau doit pêcher, mais il ne trouvera aucune preuve de collusion pour gagner les élections de 2016 qui conduiront à la destitution de Trump. Ça n'arrivera pas. Ceci est au-dessus de toutes les nombreuses raisons pour être extrêmement méfiant du récit russe. Les humains sont des créatures racontant des histoires. La facette la plus significative et la plus sous-estimée de notre existence est de savoir combien de notre interface avec le monde ne consiste pas en notre expérience directe de celle-ci, mais en nos récits mentaux à ce sujet. Si vous combinez ce fait avec le siècle de recherche et développement qui a affiné la tactique de propagande et la mainmise de la ploutocratie américaine sur les grands médias, vous obtenez une nation perdue dans les récits d'établissements. Les gens qui forment leur vision du monde sont basés sur des fantasmes de l'esprit au lieu de faits concrets. J'ai remarqué une étrange remontée chez les loyalistes d'établissements qui me parlaient comme si la collusion Trump-Russie était déjà un fait acquis et que je n'étais tout simplement pas au courant. Il existe toujours autant de preuves publiquement disponibles pour cette collusion que jamais (zéro), alors cela me dit que la seule chose qui a changé est le récit. Les experts / propagandistes parlent de plus en plus comme si quelque chose avait déjà été établi, et les consommateurs de cette propagande la diffusent comme si elle était un fait acquis. Lorsque vous n'êtes pas branché sur cette chambre d'écho, cela semble très étrange. C'est la raison pour laquelle les Russes sont convaincus que la collusion ne sera jamais prouvée avec autant d'abrasion. Toute leur vision du monde consiste en un récit pur - littéralement rien d'autre que des affirmations autoritaires d'experts qui parlent avec un ton de voix confiant - ainsi, lorsqu'ils rencontrent quelqu'un qui fait la même chose mais avec des faits concrets, cela provoque un malaise psychologique. Ce malaise est appelé dissonance cognitive. C'est ce que ressent le mal. Je veux dire, je comprends. Vraiment, je le fais. Quand j'arrête d'écouter les récits de ses partisans et de ses détracteurs et de regarder les faits, de mon point de vue, Trump fait des choses vraiment merdiques et ne semble pas très différent de ses prédécesseurs néo-néo-libéraux. Les républicains sont horribles, et il ressemble assez à un républicain de jardin qui dit des choses impolies sur Twitter. Si je regarde ces faits durs, puis ajoutez-y deux années de brutalisation psychologique de la part des médias d'entreprise disant aux Américains que Trump est un nazi diabolique qui transformera le pays en un cratère en combustion, je peux comprendre pourquoi les gens seraient pressés de se lui hors du bureau. Et quand je parle avec les Russes, c'est généralement ce que cela revient à dire. "Impeach Trump" est une punition à la recherche d'un crime. Ils ont été plongés dans un état de peur frénétique par les psyops des établissements, et ils veulent que Mueller tire un deus ex machina et les sauve du monstre orange pervers. Ils croient que Mueller obtiendra la destitution de Trump pour collusion avec la Russie parce qu'ils le veulent bien. Cela ne va pas arriver, cependant. Deus ex Mueller ne vient pas. Vous allez devoir résoudre vous-même les problèmes de votre pays, l'Amérique. Et c'est une bonne chose, car Trump n'est pas la source des problèmes de votre pays. Croire que la destitution de Trump résoudra tous les maux majeurs de l'Amérique, c'est comme croire que des antitussifs guérissent la pneumonie. Qu'est-ce que vous obtenez lorsque vous avez une pneumonie et que vous prenez des antitussifs au lieu d'antibiotiques? Vous obtenez des Muppets qui sonnent mal, c'est quoi. Si vous attribuez tous vos problèmes à Trump, vous garantissez plus d'atouts après lui, car vous ne vous attaquez pas à la maladie qui l'a créé, vous ne faites que traiter le symptôme. Le problème n'est pas Trump. Le problème est que l'Amérique est gouvernée par un pouvoir non élu qui maintient son pouvoir en sabotant la démocratie, en exacerbant l'injustice économique et en développant la machine de guerre américaine. Arrêtez d'écouter les mensonges qu'ils introduisent dans vos chambres d'écho et tournez-vous pour faire face à vos vrais démons.

Remplis sous: Non classé Commentaires
18Juin/19Off

Il y a rouge et rouge

Ca m'est arrivé tellement de fois que c'est devenu une habitude. Je suis conviédans une soirée et l'on me demande de ramener le vin. La bonne idée que voilà : j'en connais autant en vin qu'en mathématiques expérimentales et que j'ai beaucoup de mal à choisir. Je reste une heure chez le caviste à comparer toutes les bouteille. Je regarde l'année, le domaine, la description du producteur. Et au final, je prends un bordeaux au pif dont le coût n'est pas excessif : pas le rouge qui pique mais pas un saint-Emilion non plus. En clair, beaucoup de bruit pour rien. Dernièrement, pourtant, j'ai décidé de pallier à cette lacune en suivant un cours d'oenologie à Montpellier. En fait, je ne savais pas vraiment à quoi ressembleraient ces trois heures d'atelier. Je redoutais par dessus tout d'être le seul bleu et de me coltiner des snobinards dans le domaine. Mais en définitive, nous étions aussi bien des hommes et femmes. Certains s'y connaissaient, mais d'autres en tenaient une couche comme moi. Du coup, à aucun moment, je ne me suis senti déplacé. La plupart des choses que j'y ai apprises ne vont pas me servir, mais ce n'est pas grave. Je me suis rendu à ce cours, avec l'espoir d'étudier une liste de noms de vin qui valent le coup. Mais enfin, j'ai découvert une chose bien plus importante : j'ai appris à savourer véritablement le vin, et à comprendre les types de vin mes papilles apprécie le plus. Nous avons dégusté 7 vins de petits producteurs, et chacun d'entre eux accompagné d’un petit plat. Il y en avait de toutes sortes, et cela m'a permis de voir ce qui ne me laissait pas indifférent. Depuis, chaque fois que je dois acheter un vin, je ne m'intéresse moins à son renom qu'à des arômes que je souhaite y trouver. Et ça change quand même pas mal la donne. Je vous mets un lien vers ce cours d'oenologie, si vous avez comme moi quelques lacunes de ce côté.

Remplis sous: Non classé Commentaires
24Mai/19Off

Qui gagnera la guerre économique

Les agriculteurs du centre des États-Unis et les propriétaires de téléphones mobiles Huawei ont de bonnes raisons de s'inquiéter de la guerre commerciale qui se poursuit avec les fournisseurs chinois. Mais qu'en est-il du reste d'entre nous? Les droits de douane de 25% sur les nombreuses marchandises expédiées dans les produits orientaux, imposés par le directeur général Donald Trump à la suite de discussions d'achat et de vente rompues, auront-ils un effet quelconque sur les citoyens américains ordinaires? La banque gouvernementale la plus récente de York a réduit les montants et proposé une solution: elle calcule que le conflit industriel coûte chaque année 831 dollars à chaque maison américaine. Comment ont-ils atteint ce résumé? En partie, en remarquant comment se jouaient les droits de douane de 10% précédemment appliqués. L'évaluation de la Brand New York Fed révèle que ces tarifs n'ont pas incité les exportateurs asiatiques à réduire leurs coûts. En d'autres termes, les importateurs qui achètent des produits chinois continueront de payer les mêmes fourchettes de prix pour tous les articles qu'ils possèdent en général, plus les droits de douane de 10%. Ils ont donc transféré ces coûts plus élevés aux clients, tels que des prix plus élevés. "Des rapports, parmi lesquels figurent les nôtres, ont compris que les tarifs appliqués par les États-Unis en 2018 étaient totalement répercutés sur les fourchettes de prix intérieurs des importations", commente Mary Amiti, vice-présidente adjointe de l'équipe d'analyse et de statistiques de la Fed de New York. poste en ce qui concerne les conséquences des nouveaux tarifs. Les scientifiques fournis par New York établissent une distinction importante entre les coûts des droits de douane et également d'autres charges imputables aux tarifs. À titre d'exemple, leurs recherches indiquent qu'après la mise en place de tarifs douaniers de 10% en juillet 2018, les importateurs ont déboursé 3 milliards de dollars par mois en tarifs, soit 36 ​​milliards de dollars au cours d'une période de douze mois. Mais ce n'était pas la seule accusation réelle, les blogs Amiti. Dans de nombreux cas, les importateurs qui souhaitent rester à l'écart des droits de douane vont faire exactement ce que l'administration Trump a suggéré et faire la transition vers des fournisseurs d'autres pays que la Chine. Mais il y a une bonne raison pour que de nombreux importateurs acquièrent déjà leurs produits en Extrême-Orient: il est extrêmement efficace de créer avec compétence des produits de qualité supérieure à des prix extrêmement bas. Le déplacement dans une nouvelle région indiquera plus que probablement des dépenses beaucoup plus importantes, mais pas autour des tarifs. Amiti postule un scénario dans lequel un importateur qui achetait des marchandises en provenance d'Asie à 100 dollars pièce avant le tarif de 10%, achète maintenant une marchandise similaire au Vietnam à 109 dollars l'unité. Pour l'organisation (ainsi que pour le consommateur final), cela représente une économie de 1 dollar par pièce sur les achats en cours auprès de l'Extrême-Orient et une dépense de 110 $ comme le tarif. Comme le note Amiti, pour l'économie des citoyens américains dans son ensemble, il existe une différence considérable entre le fait de payer des tarifs de 10 dollars, qui entrent dans nos coffres nationaux et de payer à peu près le même total une entreprise à l'étranger. Les fonds du tarif peuvent être utilisés, au moins en principe, au profit des Américains. Cette théorie est devenue une réalité lorsque Trump a publié un paquet d'aide de 16 milliards de dollars destiné aux propriétaires d'exploitations agricoles affectées par le conflit «acheter et vendre», une aide qui sera financée par des fonds de droits de douane.

Remplis sous: Non classé Commentaires
7Mai/19Off

En Suède

Récemment, je me suis rendu à Stockholm pour suivre un congrès où j'ai eu une discussion très intéressante sur la division qui règne actuellement aux Etats-Unis. Plusieurs personnes étaient en effet fascinées par le méli-mélo qui est actuellement à l'oeuvre en Amérique. Ce qui n'a pas manqué de me surprendre, car selon moi, cette élection pose au contraire un sérieux problème. On peut en effet garantir dès aujourd'hui que le candidat élu se retrouvera forcément très controversé. Nombre d'américains n'apprécient pas Trump, mais beaucoup n'aiment pas plus l'autre challenger. L'appréhension que peut provoquer Trump paraît plutôt rationnelle : ses outrances en série sont carrément grotesques. Mais le manque de ferveur que suscite Hillary se fait également sentir. Ce n'est pas même une question de sexe : c'est son manque évident de chaleur qui déplaît aux électeurs.
Bref, tout ça pour dire que les deux challengers ne font pas vraiment consensus, et ce jusque dans leur propre parti. Le 45ème président sera donc vraisemblablement fragilisé, et aura de ce fait du mal à diriger. Le pays en ressortira scindé et sans doute paralysé. Certains estiment que ce trou d'air politique sera une occasion pour les autres pays, mais je ne partage par leur avis : pour moi, que ce géant soit diminué représente seulement un danger, et en aucun cas une opportunité.
D'autant qu'un problème comparable va se poser sous peu de ce côté-ci de l'Atlantique. En 2017, aucun candidat ne paraît en effet être en mesure de remporter les suffrages. Il n'y a qu'à noter combien il y a de candidats à la primaire pour examiner dans quelle mesure les partis sont en crise. En la demeure, la situation est similaire à celle des Etats-Unis. Et le fait que deux puissances importantes soient ébranlées au même moment, à une époque où l'expansion de Daech nécessite une unité pérenne entre les pays, est particulièrement affolant pour les années à venir.
Autrement, ce congrès m'a laissé un excellent souvenir. Voilà d'ailleurs le site de l'agence par laquelle nous sommes passés : elle nous change vraiment de l'ancienne à laquelle nous avions affaire auparavant ! Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de séminaire entreprise à Stockholm.

6Mai/19Off

Et si Trump gagnait à nouveau

La plus grande différence entre l'élection de Trump en 2016 et la réélection de Trump en 2020 pourrait être l'irréversibilité. La politique sur les conditions météorologiques est devenue le cas évident. Pendant longtemps, même la plupart des personnes qui ont identifié la vérité sur le changement climatique ont pensé qu'il s'agissait d'une procédure lente qui ne nécessitait pas d'activité immédiate. Mais aujourd'hui, face à des conditions météorologiques extrêmes et à l'aggravation des prévisions cliniques, les dépenses de notre propre attente s'installent clairement, de même que les dangers qui y sont associés. Pour avoir une probabilité de maintenir le changement climatique énumérée au-dessous de 1,5 degré Celsius - objectif de l'accord sur le climat de Paris - le groupe d'experts intergouvernemental sur l'énergie solaire a déclaré que d'ici 2030, les polluants au dioxyde de carbone devront diminuer d'environ 45% par rapport à 2010. Plutôt que de diminuer, néanmoins, ils peuvent être en croissance. Dans sa première phrase, Trump a annoncé son intention de mettre un terme aux réformes météorologiques préexistantes, notamment en augmentant les normes de performance de l'essence et en limitant les émissions de polluants générées par les nouvelles centrales thermiques au charbon. Il s'est engagé à détourner les États-Unis du Paris Deal. Sa réélection retarderait la détermination du gouvernement fédéral en faveur de la décarbonisation jusqu'à la moitié des années 2020, bien que cela ait incité d'autres pays du monde à ne rien faire du tout en même temps. Et le changement qui est reporté devient plus difficile politiquement et économiquement. Selon le Global Carbon Project, si la décarbonisation avait commencé à l'échelle mondiale en 2000, une réduction des émissions d'environ 2% par an aurait été suffisante pour rester en dessous de 2 degrés Celsius de réchauffement. Maintenant, il faudra environ 5% chaque année. Si nous attendons une autre décennie, ce sera environ 9%. Dans les États, l'interruption économique et la résistance populaire qui résulteront certainement d'une transition aussi soudaine pourraient être plus importantes que ne le permettait notre méthode politique. De plus, personne n'a conscience du fait que dès que le monde entier se trouvera face à des choses irréversibles, par exemple la chute de la page des cubes de glace de l'Antarctique (côté ouest), qui risque probablement de nous condamner à une augmentation dévastatrice du niveau de la mer. Les élections de 2020 verront même si les États-Unis s'engagent sur une voie qui, tout en garantissant une autre forme de course mondiale radicale, une course aux armements accrue, s'accompagnera d'une probabilité plus élevée d'accidents nucléaires et de bataille nucléaire. La doctrine de Trump, "l'Amérique d'abord", les assauts contre les alliances des États-Unis et l'inconvénient unilatéral des traités de gestion des armes ont rendu la planète beaucoup plus risquée. Immédiatement après avoir retiré les Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien (ce qui a gravement nui au statut américain d'allié et d'épouse négociatrice), Trump n'a pas protégé de la Corée du Nord à peu près tout ce qui s'approchait des termes de l'accord iranien, quittant Kim Jong Un. non seulement non contrôlée cependant avec une position mondiale accrue. De nombreux dirigeants du monde espèrent que la présidence de Trump sera un succès - il tombera en 2020 et son successeur rétablira les obligations de l'Amérique envers ses alliés ainsi qu'aux concepts de multilatéralisme et de non-prolifération. S'il est réélu, néanmoins, de nombreux pays préféreront peut-être s'attaquer aux outils nucléaires, en particulier ceux situés dans des régions qui ont eu recours aux garanties de stabilité américaines, comme le centre-est et le nord-est de l'Asie. La routine mondiale de non-prolifération que les États-Unis et d'autres pays ont préservée au cours des dernières années dans le but d'influencer les capacités non nucléaires de rester ainsi. Le fait que cette routine soit principalement devenue populaire peut être un hommage à une combinaison de méthodes, telle que You.S. responsabilités de protection bilatérales et centrées sur l'alliance envers les pays non-nucléaires, incitations et sanctions, et promesses par le biais du programme You.S. et la fédération de Russie - depuis les plus grandes capacités nucléaires du monde - à produire des réductions extraordinaires de leurs propres arsenaux. Dans la première phrase, Trump a commencé à saper la routine de non-prolifération et à démanteler les derniers traités de gestion des avant-bras entre Moscou et Washington. En octobre, il a annoncé comment les États-Unis se retireraient en vertu du Traité sur les forces nucléaires de type intermédiaire (INF) conclu en 1987 par Ronald Reagan et Mikhail Gorbatchev. Même si les violations russes de votre traité, rapportées par Trump, sont inexcusables, elles n'ont pas ménagé la peine de contraindre la fédération russe à se conformer aux exigences. En revanche, en détruisant le traité, elles ont permis à la fédération de Russie de ne plus être prise. Qui plus est, ils n'ont manifesté aucun intérêt à étendre New Commence, qui considère que, en 2011, les arsenaux nucléaires stratégiques de la fédération de Russie et de l'Amérique sont réduits au minimum. 2021 marquera la première année depuis 1972 sans qu'un accord juridiquement contraignant ait été mis en place pour contrôler et réduire les arsenaux les plus meurtriers jamais créés si le traité expirait.

Remplis sous: Non classé Commentaires
6Mai/19Off

La drogue et les nazis

Quand Norman Ohler n’était qu’un enfant, son grand-père et lui jouaient au jeu de société Mensch ärgere Dich nicht, similaire à Parcheesi. Ses camarades de classe et lui venaient de suivre l'une de leurs premières leçons sur le Troisième Reich, qui comportait peut-être même d'horribles images filmées par les troupes américaines lors de la libération de Buchenwald. Ohler voulait savoir quel était le rôle de son grand-père dans l’Allemagne nazie. Alors il a demandé. Son grand-père disparut quelques instants dans la maison jaune qu’il avait construite après la guerre, aux abords de la petite ville où grandit Ohler. Il retourna à Ohler une enveloppe contenant son livret de membre du parti nazi et une épinglette à croix gammée. Il n’a pas dit grand chose et Ohler a dit qu’il était trop jeune pour savoir quoi faire de cet étrange «héritage». Mais il était conscient que parfois, lorsqu'il y avait un problème dans l'Allemagne de l'Ouest démocratique des années 1980, son grand-père maternel disait que «sous Hitler, cela ne serait jamais arrivé» ou que «sous Hitler, tout était en ordre». Le grand-père d’Ohler a décrit les nazis comme étant «des coupes nettes». Ohler découvrirait plus tard que de nombreux nazis, y compris Adolf Hitler, n’étaient pas aussi nets que ne le rappelait son grand-père. Son plus récent livre a été publié aux États-Unis mardi avec le titre Blitzed: Drugs in the Third Reich et sa traduction par Shaun Whiteside. C'était un best-seller dans son Allemagne natale, publié sous le titre Der total Rausch en septembre 2015, et un best-seller de Guardian Bookshop au Royaume-Uni. Les droits de publication de l'œuvre ont été vendus à 26 pays hors d'Allemagne, y compris Brésil, Chine, Israël, Japon et plusieurs en Europe. Le premier livre de fiction d’Ohler affirme, dans plus de deux douzaines de langues, que sous le régime nazi, les civils allemands étaient élevés, leurs soldats, leur führer. Devenir un écrivain Ohler a commencé à devenir écrivain en tant que jeune homme, grâce à son grand-père indirectement, dit-il à Newsweek, assis devant une webcam dans son appartement de Berlin pour un appel Skype. Il s'est avéré que son grand-père était un ingénieur des chemins de fer. «À un moment de la guerre, il travaillait dans une petite gare mais non sans importance, à l'est de la Tchécoslovaquie occupée», explique Ohler. Il y avait une histoire que son grand-père lui avait racontée à propos de l'époque où il avait vu un train de prisonniers juifs en route vers le camp de concentration de Theresienstadt, à proximité. «Il a vu ce train et il a décidé de ne rien faire», dit Ohler. «Il a dit qu'il avait peur de ce qui pourrait lui arriver car les SS gardaient ce train. Même s'il s'est rendu compte qu'il y avait quelque chose qui n'allait pas ... Comme il l'a dit, cela allait à l'encontre de la réglementation concernant le système de chemin de fer allemand, afin de garder des prisonniers comme ça ... dans un train à bestiaux. "C'est comme ça que Ohler apprit que son grand-père" ne l'a pas fait ". t envoyer activement des gens à mort, mais il était, pourrait-on dire, comme une roue dans le système. Et certainement pas dans la résistance ou ne rien faire contre elle pour l'arrêter. " La nostalgie de son grand-père pour «L’ordre» de l’époque la plus sombre de l’Allemagne - qui selon Ohler était courant dans les années 1980 en Allemagne de l’Ouest - l’avait mis en colère. Adolescent, il a commencé à détester l'Allemagne. Il a adopté les vues de gauche et "a cherché des moyens de résister aux développements de droite", dit-il. «[Il y a] un slogan que nous avons en Allemagne. C'est aussi un cliché, mais c'est comme, nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que cela ne se reproduise plus. "Il décida que ce qu'il pourrait faire, c'était devenir écrivain et journaliste" pour découvrir le mauvais les choses dans la société et aider le processus démocratique. " Ohler a commencé à consacrer moins de temps au tennis et davantage à la politique et à la littérature. Il suivit des cours de philosophie et de sciences de la culture à l'Université Humboldt de Berlin et fréquenta la Hamburg School of Journalism, publiant des articles dans des magazines allemands tels que Der Spiegel et Die Zeit. Aujourd'hui, il s'identifie comme un romancier. Il a écrit Die Quotenmaschine (La machine à quota), un roman hypertexte sur un détective muet, quand il a déménagé à New York en 1993; Mitte (centre) à propos des fantômes et de la gentrification, lorsqu'il était de retour à Berlin; et ensuite la Stadt des Goldes, publiée en traduction sous le nom de Ponte City, lorsqu'il séjourna à Johannesburg. Il a également écrit pour le cinéma et passé quelque temps à Tel Aviv, Jérusalem et Ramallah, où il a interviewé Yasser Arafat environ un mois avant la mort du dirigeant palestinien. «C’est un peu une coïncidence si je reviendrais écrire sur le prétendu Troisième Reich», dit-il avant de revenir. "Ou peut-être pas du tout." Il avait déjà commencé à écrire une nouvelle inspirée par sa relation avec son grand-père, mais il avait abandonné le projet. L'Allemagne nazie, admet-il, "est difficile d'écrire quelque chose".

Remplis sous: Non classé Commentaires
21Mar/19Off

Visiter Seville

1. Commencez par la Cathédrale ou l’Alcazar de Séville, celui que vous n’avez pas visité le 1er jour! 5. Assister à un spectacle de flamenco. Je vous recommande de le réserver en cliquant ici. 5. Vous aurez aussi certainement envie de retourner à la place d’Espagne! Visiter Séville en 4 jours, je pense que c’est une bonne idée si vous aimez prendre votre temps ou que vous le faites avec des enfants. Cela vous permettra de ralentir de rythme et de profiter de la ville tranquillement! Autrement, je vous conseille plutôt de faire une excursion d’une journée à Cordoue, cela se fait très bien depuis Séville, le temps de trajet entre les 2 villes étant de seulement 40 minutes en train! C’est d’ailleurs la solution que nous avions choisis lors de notre voyage en Andalousie. Pour ce 4ème jour, je vous recommande donc de lire notre article: Que faire à Cordoue? L'Espagne n'a été unifiée qu'au début du XVIe siècle. Certaines régions ont une forte identité et réclament plus d'autonomie : c'est le cas du Pays basque et de la Catalogne. Le retour à la démocratie après la mort du général Franco en 1975, a établi la division de l'Espagne en grandes régions appelées communautés autonomes, qui disposent de certains pouvoirs en face du gouvernement central de Madrid. La plupart de la population de l'Espagne (73,2 %) est catholique, bien que le pourcentage de pratiquants soit bien inférieure (13,7 %). 22 % de la population est reconnue n'avoir aucune religion (défini comme athées ou non-croyants). Il y a aussi (2 %) de minorités religieuses de tous ordres2. La cuisine espagnole inclut la paella, typique de Valence. Les fêtes de San Fermin se célèbrent à Pampelune, en Navarre, du 6 au 14 juillet. Il est de coutume de considérer ces fêtes comme les 3e du monde en nombre de participants, après le carnaval de Rio et la fête de la Bière. On estime à 3 millions le nombre de personnes qui peuplent les rues de Pampelune pendant neuf jours. Ces fêtes multicolores transforment littéralement le visage de la capitale navarraise, qui devient le théâtre d’un spectacle populaire. À cette occasion, les habitants revêtent une tenue blanche, rehaussée d’un foulard et d’une ceinture rouge. La Tomatina est une fête lors de laquelle on lance des tomates sur les gens le 4 septembre. Ce jeu a été inventé une année où il y avait eu un surplus de tomates en Espagne.

Il n’existe pas une Espagne, mais plusieurs. Diversité des paysages, des cultures, des langues (castillan, catalan, basque), des terroirs et des villes. L’Espagne s’offre à tous les goûts : laissons de côté les plages envahies l’été et la Costa del Sol bétonnée par les complexes hôteliers. Pour cela, il suffit parfois de s’éloigner d’une dizaine de kilomètres des foules. Découvrir Salamanque, la petite Rome espagnole, ou Tolède la belle médiévale perchée sur son promontoire. Parcourir le rude plateau de Castille, de Ségovie à Léon, à la découverte de magnifiques cathédrales et d’extraordinaires musées. Goûter à la spécificité de l’âme catalane et à ses trésors artistiques, de Dalí à Gaudí en passant par Tapiès et Miró. Prendre le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle pour admirer les beautés de la rurale Galice, aussi verdoyante que la terre des Basques, à laquelle ils sont tant attachés. Ou, enfin, un soir de fête à Séville, Madrid ou Barcelone, succomber à cet éclatant bonheur de vivre qui est la marque du pays tout entier. Car les nuits y sont souvent plus intenses que les jours. Il faut partir à la rencontre de ses habitants, fréquenter ses bodegas et se régaler de sa cuisine, car l’Espagne est un pays à vivre. Elle n’est pas seulement diverse, elle est inépuisable !

Mais c’est là que vous trouverez l’un des meilleurs points de vue de la ville. Vous pouvez en effet monter au sommet de l’édifice et admirer une vue à 360 degrés de Séville. Le mieux, c’est que l’entrée coute à peine 3 euros et petit bonus, votre ticket d’entrée vous donne droit à une réduction de 1 euro à la terrasse du café situé tout en haut. L’occasion rêvée de profiter d’un apéro et du coucher du soleil sur la ville d’une façon insolite. Ou, a la place, vous pouvez aussi utiliser votre billet d’entrée au restaurant « La Sureña » situé en bas du Metropol Parasol. Vous aurez droit à une bière gratuite. Tout récent (ouvert en 2014), l’aquarium de Séville peut être une bonne sortie à faire avec vos enfants. Au programme: des poissons exotiques, des requins, des tortues, des poulpes et des bassins permettant de toucher des étoiles et des concombres de mer.

Il est relié à la ville par le réseau du Métro, c'est un aéroport sophistiqué. Il est facile d'arriver en train à Madrid car c'est le point central de l'Espagne. Ainsi il y a deux gares où il est possible d'arriver depuis n'importe quelle ville d'Espagne. La gare centrale est celle d'Atocha, d'où partent la majorité des trains à grande vitesse (AVE). Ensuite la gare de Chamartín dessert le nord de l'Espagne. M-40 M-45 et M-50 passant non loin de la capitale. Il y a de nombreuses gares routières à Madrid, il est donc aisé d'arriver en bus. La gare Madrid et les principales villes d'Espagne la principale est la Estación Sur située à Méndez Álvaro mais il existe deux autres stations: Avenida de América et Conde de Casal. Les bus qui font des trajets entre sont très nombreux et bon marché, souvent plus confortables. Tout d'abord il est fortement conseillé d'éviter la voiture. Par contre ne vous attendez pas à voir les fameuses archives, elles sont conservées à l’abri des regards. Et oui tous les dossiers en carton alignés sur les bibliothèques sont vides! N’hésitez pas à y faire un tour après votre visite de la Cathédrale, cela ne vous prendra qu’ ¼ d’heure. Tous ses monuments les plus célèbres de Séville sont regroupés dans le quartier de Santa Cruz, le quartier le plus représentatif de Séville, le plus typique, le cœur historique et donc le plus touristique. Vous pourrez déambuler dans les ruelles piétonnes, prendre un café ou déjeuner dans les nombreux bars et restaurants et également en profiter pour faire quelques achats de souvenirs dans les multiples boutiques. Lieu très agréable pour une petite balade avec ses patios, ses maisons blanchies à la chaux et ses jolies places. Rendez-vous sur la plaza Patio de Banderas pour profiter d’une jolie vue sur la cathédrale. La Casa de Pilatos est un palais aristocratique construit en 1540 par le premier marquis de Tarifa qui s’inspira d’un voyage en Italie pour construire son palais.

Santiago Solari (entraîneur du Real Madrid, après le nul 1-1 face au Barça) : « C'est difficile de parler de justice dans le foot. Nous avons eu des occasions en première période, et d'autres en fin de match. Je veux retenir que c'était un très beau match, avec beaucoup de talent sur le terrain, très agréable, avec de belles alternances. C'était beau à voir, pas seulement pour nous qui travaillons au quotidien mais aussi pour les supporters. Pour le retour (mercredi 27 février), tout reste ouvert. Nous voulons toujours gagner, nous avons eu des occasions de marquer un deuxième but mais peut-être pas de gagner. Nous repartons satisfaits de notre performance. Dans le foot, il faut avoir de la réussite face au but. Ce résultat confirme que cette équipe travaille avec beaucoup de sérieux. Quand un gamin de bientôt 19 ans joue et se démarque de cette manière, cela surprend un peu tout le monde parce que cela n'arrive pas souvent. Il a beaucoup de mérite, et ses partenaires aussi, qui l'ont accueilli, conseillé et qui le soutiennent sur le terrain pour qu'il puisse briller.

En effet Madrid étant la capitale de l'Espagne, elle est engorgée à toutes les heures, pas seulement à cause du trafic mais aussi à cause des nombreux chantiers. De toute façon, il est très facile de se repérer en voiture grâce à la Gran Via et a la Calle de Alcala qui traversent Madrid d'Est en Ouest ainsi que de l'axe Nord-Sud du Paseo de la Castellana. Il faut aussi faire attention au stationnement : il n'y a presque aucun parking gratuit, les places sont rares et les policiers passent très souvent. Vérifiez attentivement d'être en règle avant de laisser votre carrosse. Ces individus tentent de vous faire serrer à droite, soit de simuler une panne mécanique. Si vous sentez venir le danger, gagnez la première sortie en direction de la ville ou arrêtez-vous devant une station-service ouverte, la présence providentielle de témoins suffit généralement à leur faire abandonner la partie à tout jamais. Les plus : la situation géographique excellente, la piscine sur le toit, le personnel très serviable. EME Catedral Hotel: Situé juste à côté de la cathédrale de Séville et de la Giralda. Chambre double très moderne et design à partir de 180€ la nuit, petit-déjeuner à 20€. Les plus: l’emplacement fabuleux, le design de l’hôtel, la piscine avec vue sur la cathédrale, le petit-déjeuner varié et de qualité. N’hésitez plus, c’est notre recommandation pour un séjour de luxe à Séville ! Restaurant Casa Cuesta : Situé dans le quartier de Triana, à côté du marché couvert. Nous avons testé la sangria et pris chacun 3 assiettes de tapas. Tout était délicieux et copieux, à des prix corrects. Et nous n’avions même plus de place pour un dessert. Bon, J’ai quand même mangé une glace! Eslava: Situé à côté de la parroquia de San Lorenzo. Bar à tapas gastronomique avec des tapas au gout subtil et raffiné et même 2 tapas « médaillés », tout ça pour des prix à partir de 3€ ! Mais attention les places sont chères et sans possibilité de réservation.

La Brunilda : Situé à une centaine de mètre du Pont Isabel II, très bon bar à tapas. Choix variés et tapas délicieux pour un prix correct. Peu de places assises, on vous conseille d’y aller un peu avant l’ouverture pour être sur d’avoir une place. Voici une carte touristique de Séville, qui vous aidera à vous faire une idée de la localisation des différents lieux d’intérêts de la ville. Pensez à la mettre sur votre smartphone, elle pourra vous être utile! J’ai eu 3 coups de cœurs à Séville: la fameuse place d’Espagne que j’ai trouvé immense et magnifique, et en amateur de photo que je suis, vraiment très photogénique ! C’est clairement mon numéro 1 de la ville. La cathédrale de Séville, qui est gigantesque, et très agréable à visiter, en particulier pendant la messe, lors qu’il n’y a pratiquement personne. Mon 3ème coup de cœur est la casa de Pilatos avec son patio et ses jardins qui bien que petits, sont très beaux. Peuplée depuis le paléolithique inférieur, ce n'est qu'en 1561 que le roi Philippe II fait de Madrid la capitale de son vaste empire. À proximité de la Plaza Mayor se trouve le « centre aristocratique » où s'érige le palais royal, monumentale construction du XVIIe siècle, de facture hybride entre le baroque et le classicisme. À ses côtés, la place de Oriente, le théâtre de l'opéra et la moderne cathédrale de la Almudena, consacrée en 1993 par le pape Jean-Paul II. L'art et la culture occupent une place toute particulière dans les activités madrilènes. La capitale possède plus de 60 musées qui regroupent tout le savoir humain. Citons le musée du Prado, qui abrite l'une des plus importantes pinacothèques au monde, ou le musée Thyssen-Bornemisza, qui expose plus de 800 toiles depuis les primitifs flamands jusqu'aux mouvements avant-gardistes. Ou encore le Centre national d'art Reina Sofía, consacré à l'art espagnol contemporain, qui expose des œuvres de Picasso, Joan Miró, Salvador Dalí et Juan Gris, entre autres. Mais s'il y a une chose qui caractérise Madrid, c'est bien sa profonde et contagieuse passion pour la vie, qui se reflète dans le caractère amical de ses gens. Les concerts, expositions, ballets, pièces de théâtre, premières cinématographiques, la meilleure gastronomie espagnole et internationale, le charme de ses bars et tavernes, ne représentent que quelques unes des options de loisirs de Madrid. À cela ajoutons une impressionnante offre de commerces et la possibilité d'effectuer ses achats aussi bien dans des boutiques traditionnelles que dans les principaux établissements des meilleures marques internationales.

Remplis sous: Non classé Commentaires
12Mar/19Off

Un vol de dingue

Il semblerait que je doive renoncer à l'écran géant 4K que j'avais l'intention de m'offrir. J'ai finalement investi l'argent dans une expérience qui, pour courte qu'elle soit, m'a fait bien plus d'effet qu'un simple écran : j'ai effectué un vol en avion de chasse ! C'était tellement frappant que j'ai atteint mes limites : c'était un pur trip d'adrénaline ! Je m'étais attendu à quelque chose de violent, mais pas à ce point. Les premières minutes sont plutôt cool, et permettent de jouir un peu du spectacle : on a bien la sensation de vitesse, mais ça reste assez gentil. Sauf que c'est juste histoire de s'échauffer. Car quinze minutes plus tard, on entame la voltige. Et à partir de là, ça devient tellement insensé que vous êtes complètement à la ramasse. En outre, avec les G, vous devez contracter vos muscles juste pour ne pas être victime du voile noir ! Pour la petite histoire : à 4G, votre organisme pèse cinq fois votre poids normal ; dans ces moments-là, le moindre mouvement devient laborieux ! L'instant d'après, vous passez à -1G, et c'est comme si vous flottiez dans l'espace : vous êtes plus léger qu'une plume ! C'est vraiment extraordinaire à vivre. Néanmoins, il n'y a pas que du positif, dans l'expérience. En effet, à modifier sans cesse la gravité de l'estomac, on finit par avoir des hauts-le-coeur. Personnellement, je me sentais patraque une demi-heure après l'atterrissage. Mais je n'ai pas un seul regret : c'était vraiment un vol unique, de ceux qui vous rappelle que la vie, ce n'est pas simplement métro-boulot-dodo ! Je vous mets en lien le site par lequel je suis passé, si l'aventure vous tente ! si vous êtes friand de ce genre de choses, souvenez-vous qu'on ne vit qu'une fois !A ce jour, deux points sont à retenir : l'inertie a pour conséquence les groupements usuels du concept et le management comforte les processus quantitatifs de la situation. Fatalement, la planification interpelle les effets relationnels de la situation. Il est vrai que l'immobilisme dynamise les résultats pédagogiques du marketing sans oublier que l'intervention oblige les paradoxes usités du concept. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce de vol en avion de chasse.

Remplis sous: Non classé Commentaires
8Mar/19Off

Les ados sont en périls

L’addictologue Laurent Karila s’alarmait lundi dans Le Parisien : « Les ados sont en péril. Il est grand temps de faire des addictions une cause nationale. » Parmi les substances addictives figure l’alcool. 8,4% des jeunes de 17 ans en boivent régulièrement (au moins 10 fois par mois), 1,3% fréquemment (au moins 30 fois par mois). « Je n’ai jamais vu, à ma connaissance, malheureusement peut-être, un jeune qui sort de boîte de nuit et qui est soûl parce qu’il a bu du Côtes-du-Rhône, du Crozes-Hermitage, du Bordeaux ou des Costières-de-Nîmes », a-t-il lancé. Le danger, selon le ministre, sont le «binge drinking » (beuverie express), l’alcool fort et les mélanges. Certains jeunes expérimentent en effet des cocktails composés de sirop à la codéïne et de soda. « Il faut lutter contre toutes les addictions mais il faut éduquer la jeunesse au bon et au beau, a insisté Didier Guillaume. “Je ne savais pas que ce procès avait lieu”, s’est expliqué François de Rugy sur Europe 1. “Des deux côtés on m’a demandé de témoigner dans ce procès, j’ai toujours refusé de le faire. Je considère que ce procès était très malvenu, d’ailleurs c’était une très mauvaise idée”, a-t-il ajouté. “La concordance de calendrier était très malvenue aussi”. Le procès a vu notamment les anciennes ministres Cécile Duflot, Dominique Voynet et l’actuelle compagne de Denis Baupin, Emmanuelle Cosse, défiler à la barre. L’ancienne secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot a dit jeudi avoir été agressée par Denis Baupin en mai 2008, lors d’un congrès au Brésil, et a salué la libération de la parole des femmes. n’étaient pas prescrits ne justifiaient pas une poursuite judiciaire plus approfondie”. Le verdict du procès intenté par Denis Baupin devant le tribunal correctionnel de Paris, lors duquel le parquet a requis la relaxe, est attendu le 19 avril.

Remplis sous: Non classé Commentaires